Relation
đŸŽ™ïž Avoir des relations Ă©quilibrĂ©es (5 minutes)

Participants

Elise, coach professionnelle certifiée méristHemE | Alexandre, PNListe et diplÎmé en communication er en sciences cognitives

Résumé

Savoir prendre du recul sur ses relations est primordial pour mettre en place des liens de qualités et s'assurer de répondre au besoin d'interaction de maniÚre équilibrée.

À propos de l’Ă©pisode

 

Interagir avec les autres fait partie de nos besoins fondamentaux. Bien sur, chacun sera différent dans sa capacité et son envie de créer des liens, mais il est important de savoir les comprendre et de prendre soin à ce que nos relations soient de qualités, et surtout équilibrées.

À propos des participants

 

Elise est coach professionnelle certifiée chez méristHemE. Alexandre est technicien PNL et diplÎmé en marketing et communication.

Contenu Ă©crit

Bonjour et bienvenue pour un nouveau podcast méristHemE, aujourd'hui consacré à une de nos 8 clés : les relations.
J’ai le plaisir de recevoir Alexandre, « bonjour Alexandre », qui va nous aider Ă  mieux cerner en quoi avoir des relations sociales est important pour notre bien-ĂȘtre.
Alexandre, tu es PNListe, diplĂŽmĂ© en communication et en sciences cognitives, pour toi, qu’il y a t-il derriĂšre le mot « relation » ?

Pour commencer, il est nĂ©cessaire en effet de se mettre d’accord sur la signification de ce terme. Pour les membres de mĂ©ristHemE, les relations sociales correspondent Ă  l’ensemble des personnes avec lesquelles nous crĂ©ons du lien, une relation donc.

Eh bien ça fait un « paquet » de relations !

Potentiellement, oui, mais pour comprendre l’impact de nos relations sur notre bien-ĂȘtre, nous devons nous pencher sur 2 de nos 8 besoins fondamentaux : le besoin d’interaction et le besoin d’estime.
Les interactions vont nous permettre de ressentir de l’affection, de la confiance, de la reconnaissance, du respect, de la solidaritĂ© , de la tolĂ©rance, et bien d’autres expĂ©riences qui iront nourrir notre confiance en soi, l’image que l’on a de soi et l’amour que l’on se porte. Bref, ces interactions viendront augmenter notre niveau d’estime, et c’est cela qui nous fera du bien.

Ah, cela devient plus clair en effet, mais personnellement, je n’ai pas l’impression que toutes mes interactions m’apportent tout cela .

En effet, toutes les relations que nous avons ne se valent pas. Certains chercheurs en distinguent 3 types : les relations amoureuses, amicales et professionnelles. Pour eux, l’idĂ©al est de parvenir Ă  choisir nos relations de maniĂšre Ă©quilibrĂ©e dans chacun de ces types et de ne conserver que celles qui sont favorables Ă  notre Ă©panouissement.
Je vous propose un petit exercice simple :
Il vous suffit de vous munir d’un papier et d’un crayon et de rĂ©pondre aux 4 questions suivantes

1/ Tout d’abord, Ă©crivez le nombre de personne vivant sous le mĂȘme toit que vous.
2/Ensuite, le nombre d’amis et de proches avec qui vous avez rĂ©guliĂšrement des interactions, votre premier cercle.
3/Puis, listez rapidement les personnes avec qui vous avez souvent des relations mais sans vous sentir particuliĂšrement proches, comme vos collĂšgues par exemple.
4/Enfin, estimez le nombre d’individus avec lesquels vous Ă©changez de façon rĂ©guliĂšre, mais anodine. Ici, nous retrouverons notre voisins, le facteur


OK, on voit bien en effet que les premiĂšres catĂ©gories rĂ©pondent mieux Ă  nos besoins d’estime, de reconnaissance, et d’appartenance et donc, qu’elles vont plus nourrir notre bien-ĂȘtre que les deux derniĂšres. Mais idĂ©alement, comment savoir si j’ai assez de relations en quantitĂ© et en qualitĂ© ?

D’aprĂšs les Ă©tudes faites, si vous comptabilisez au moins 12 relations dans votre liste, vos besoins seront satisfaits et votre bien-ĂȘtre aussi. Mais si vous en comptez moins de 12, ou si vous avez tout de mĂȘme la sensation que cette clĂ© du bien-ĂȘtre n’est pas optimale, cela mĂ©rite d’y prĂȘter attention et d’y travailler. Il vous faudra vĂ©rifier l’équilibre entre les catĂ©gories amicale, amoureuse et professionnelle ainsi que la toxicitĂ© Ă©ventuelle de certaines de vos relations.

Quand j’entends choisir, faire le tri, cela me fait un peu peur. On nous dit depuis l’école qu’il faut ĂȘtre ami avec tout le monde, gentil avec ses copains. Je n’ai pas souvenir qu’on m’ai jamais clairement autoriser Ă  choisir mes relations.

Oui, c’est exact. Dans l’inconscient nous avons tous grandi avec cette idĂ©e, mais du coup, nous avons tendance Ă  construire des liens forcĂ©s et pas toujours authentiques, du coup le plus souvent superficiels et fragiles. Pensez-vous que ces liens lĂ  permettent de rĂ©pondre Ă  vos besoins d’appartenance et d’estime ?

Franchement, dis comme çà : non !

Alors laissez-moi vous donner 3 pistes de réflexion.
-Demandez-vous si vous Ă©coutez vraiment les autres et si eux vous Ă©coutent vraiment aussi. Sans une bonne Ă©coute, pas de bonne relation.
-Demandez-vous si vous comprenez vraiment les autres et si eux vous comprennent vraiment. Souvent, on interprùte et on juge avec notre vision des choses, sans vraiment se mettre à la place de l’autre.
-Enfin, demandez-vous si vous ressentez et exprimez votre gratitude aux autres et si les autres vous en expriment. On a tous besoin d’un remerciement, d’un compliment, d’un signe de reconnaissance sincùre qui nous permet de reprendre confiance, de nous motiver et de renforcer les liens.

Eh bien, on a du pain sur la planche
 Si vous avez besoin d’un petit coup de pouce dans vos rĂ©flexions, sachez que nous sommes lĂ  pour çà.
Chez mĂ©ristHemE, nous commençons par vous aider Ă  prendre conscience, puis Ă  en parler pour savoir oĂč vous en ĂȘtes, et aussi ce que vous attendez ou recherchez en termes de relations. Ceci vous permet de dĂ©finir un objectif et de mettre en Ɠuvre les actions qui vous permettront de vous en approcher puis de l’atteindre.
J’espĂšre que ce vous aura Ă©tĂ© utile, pour plus d’informations, n’hĂ©sitez pas Ă  contacter un de nos coachs.
Alexandre, il ne me reste plus qu’à te remercier et Ă  vous souhaiter Ă  tous une bonne journĂ©e et beaucoup de bien-ĂȘtre.

Autres Ă©pisodes