Pourquoi changer est difficile ?
Par Élise Ramaroson
13/09/21
d
Coaching | Science
}
7 minutes

Nous en avons tous fait déjà fait les frais : alors que nous étions bien décidés à changer, à perdre du poids, à faire plus de sport, à arrêter de fumer ou encore à être plus organisés, nos bonnes résolutions ont tourné court et nos vieilles habitudes ont vite repris le dessus. Pourquoi est-ce si difficile de mettre en place ce qui pourtant nous semble « mieux » pour nous ?

Les obstacles au changement

Obstacle 1

En premier lieu, le principal obstacle est que nous nous attaquons au plus évident, au plus visible, sans réellement nous préoccuper des causes racines.

Prenons le cas d’une personne solitaire, ayant du mal à collaborer. Son employeur, pensant bien faire lui demandera de suivre une formation sur la communication, ou l’encouragera à suivre un coaching d’équipe pour augmenter son niveau de coopération. Alors, cet individu se pliera à ces contraintes, fera les efforts nécessaires pour répondre à cette demande, mais quand il sera lassé de faire des efforts ou que la charge de travail sera trop importante et qu’il faudra vite être efficace, il reviendra au mode de fonctionnement dans lequel il se sent à l’aise, son mode de fonctionnement habituel, et reprendra « ses vieux travers ». Pourquoi, car, on aura ici essayé de modifier ses comportements, mais pas leurs raisons. Si un changement ne fait pas sens, il ne génère pas de motivation. Alors, les efforts demandés paraitront très importants et la personne concernée n’ira pas au bout de son objectif.

En recherchant les raisons profondes d’un changement, en comprenant pour quelles valeurs à nos yeux changer est important, alors, on crée la motivation nécessaire pour maintenir le cap et soutenir les efforts dans la durée.

Mais attention à ne pas tomber dans le piège de la facilité et croire qu’une petite préparation suffit.

Vous vous dites que pour trouver la motivation il vous suffit de fermer les yeux, imaginer la situation idéale, noter 3 idées sur un coin de papier et le tour est joué… ?! Et bien en réalité, ce n’est pas si simple !

Rechercher le sens d’un changement est un réel travail qui nécessite de prendre la juste mesure de l’état qu’on est en train de vivre et de l’état qu’on aimerait atteindre, puis à prendre conscience de l’écart entre les deux et de mettre au point un plan de progression, une stratégie. Bien souvent, changer revient à se fabriquer un autre état d’esprit.

Obstacle 2

Ce qui nous amène à la deuxième difficulté : la persévérance. Nos habitudes sont nos façons automatiques de répondre aux situations de notre quotidien. Un stimulus parvient à notre cerveau, active certains neurones, qui génèrent alors automatiquement une réponse. Si nous voulons changer notre manière de répondre, il faut construire un autre chemin neuronal. Cette construction ne se fait pas en un claquement de doigts. C’est un peu comme pour développer un muscle : il faut savoir quel muscle on souhaite développer, connaitre les exercices appropriés et faire de nombreuses séances d’entrainement avant de contempler le résultat.

Capture décran 2021 07 30 à 09.26.38
Capture décran 2021 07 30 à 09.32.37 1

Construire un nouveau mode de traitement de l’information nécessite donc une prise d’informations et une part importante d’exercices et de répétitions permettant de développer et d’ancrer la nouvelle façon de faire.

C’est ce temps ou ce nombre de répétitions, souvent laborieux, et avouons-le, pénible, que nous négligeons souvent et qui ne nous permet pas d’aboutir au résultat escompté… nous laissant souvent désabusés et convaincus que le changement est trop difficile, ou pire, que nous ne sommes pas assez fort.

Si l’on souhaite réellement changer, il est donc indispensable :
1/de prendre conscience des modifications à effectuer et de leur intérêt
2/de s’entrainer régulièrement

Mais si c’est tellement difficile, pourquoi changer me direz-vous ?

La réponse est à la fois simple et complexe. Nous sommes amenés à changer pour différentes raisons. Soit par nécessité (mutation, accident, maladie…) soit par choix (déménagement, séparation, naissance d’un enfant…). Ce que nous oublions souvent, c’est que le changement, l’évolution, est le cours naturel des choses. Biologiquement, nous changeons sans cesse. Nos cellules se renouvellent, notre corps se transforme, nous grandissons, nous vieillissons. Intellectuellement, nous changeons sans cesse. Nous avons des milliers de pensées par seconde, nous apprenons, nous communiquons, nous prenons les informations d’un monde extérieur en constant bouleversement. Émotionnellement également, nous changeons sans cesse. Nos émotions fluctuent au fil de notre journée, et la façon dont nous les accueillons évolue énormément selon les stades de notre vie. Nous apprenons à les gérer et à les partager. Le changement fait donc partie de nos vies qu’on le veuille ou non et savoir le prendre comme une chance et non pas comme une contrainte peut faire toute la différence entre le bien-être et le mal-être. Entre l’épanouissement et la frustration. Entre la réussite et l’échec.

Pour qu’un changement soit « réussi », il est fondamental de le placer dans un contexte plus global, un contexte qui lui donne tout son sens et qui fera que nous parviendrons à percevoir ce changement comme étant « bon pour nous ». En ayant une vue complète de notre plan de vie et de là où nous voulons aller, nous devenons capables de prendre de grandes orientations, de mettre en place de grands changements. Par exemple, « dans 5 ans j’aimerais être à la tête de ma propre entreprise ». Pour réaliser ce grand changement, je devrai alors planifier des changements plus petits : la première année, me libérer du temps pour suivre une formation de gestion et créer ma structure, l’année 2, augmenter ma présence sur les réseaux sociaux et gagner en visibilité, l’année 3 diminuer mon activité principale… de la même manière, ces changements annuels seront eux-mêmes constitués de plus petites tâches correspondant au niveau « focus » du mois. L’avantage est que lorsqu’on lance le changement au niveau focus, on ne se pose plus de questions : on sait que ce changement appartient à un « grand tout » qu’on a nous-même défini, qui fait sens pour nous, qui est important et qui nous motive.

La maîtrise du changement nécessite donc une prise de conscience limpide et honnête de la situation, des répétitions constantes et régulières et un état d’esprit positif. Reste alors un dernier obstacle : ne pas essayer de changer trop de choses à la fois, ne pas se disperser, mais parvenir à rester « focus » sur une chose. Souvent, en changeant notre manière de faire, nous découvrons d’autres éléments, d’autres possibilités qui s’offre à nous, et la tentation de s’y engouffrer, de faire feu de tout bois est grande. Le danger est alors de s’éparpiller, de diluer notre énergie, notre temps et notre motivation dans plusieurs petits projets. Il faut alors résister à la tentation et organiser ces pistes d’exploration en réalisant un plan. Commencer par sélectionner les pistes les plus pertinentes et laisser les autres de côté. Puis, prioriser leurs traitements. D’abord la plus intéressante, la plus rapide à réaliser ou celle qui est la plus connectée à votre objectif principal, puis la suivante, et ainsi de suite. Mais un petit changement l’un après l’autre. Surtout pas un gros changement d’un coup ni une multitude de petits pas en même temps.

Conclusion

En nous concentrant sur un petit changement à la fois et en comprenant bien les raisons de ce changement ainsi que la nécessité de s’entrainer régulièrement, alors nous parvenons à créer un nouveau chemin neuronal et ainsi une nouvelle façon de faire durable, observable et gratifiante. Nous sommes satisfaits du résultat obtenu et également de la manière dont nous y sommes parvenus. Nous sommes fiers de nous et cela renforce notre niveau de confiance et d’estime. Cela renforce notre sensation de bien-être.

Si vous souhaitez mettre en place un changement de manière efficace et durable, ne négligez aucune de ces étapes :

  1. Prise de conscience
  2. Définition d’objectif
  3. Planification
  4. Entrainement
process min

À retenir et pour aller plus loin

Si cette approche vous intéresse, n’hésitez pas à visiter notre site en cliquant sur ce lien.

Si vous souhaitez parler de vos besoins de changement ou de votre projet, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec un de nos coachs pour un entretien offert.

Et enfin, si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager et à initier le changement chez les personnes qui vous sont chères…

Après des études de biologie, je me tourne vers la pédagogie et deviens professeur des écoles puis me spécialise dans l’enseignement du français langue étrangère (FLE). Très intéressée par le développement personnel et tournée vers les autres, c’est naturellement que je me forme alors au coaching.

méristHemE

méristHemE a pour vocation de vous accompagner vers un bien-être maitrisé en s'appuyant sur des méthodes claires et des sources transparentes.

Plus de contenu >