Les 8 clés : Gérer la qualité de nos relations pour notre bien-être
Par Marina Ramaroson
15/03/21
d
Libre
}
7 minutes

Nous sommes des êtres sociaux, en relation tous les jours avec un ou des membres de notre famille, les amis, les collègues au travail, les voisins dans notre quartier, …. La relation sociale est un élément fondamental et incontournable de notre existence humaine. En psychologie sociale, ces relations sont dites « relations interpersonnelles ». Pourquoi ces relations sont-elles importantes pour notre bien-être ? Comment les gérer pour avoir des relations saines ? Qu’est-ce que ces relations apportent dans notre vie ?

Qu’est ce que les relations ?

La relation interpersonnelle est l’interaction entre 2 ou plusieurs individus. À moins d’aimer la solitude extrême, nous avons tous besoin de l’autre pour nous aider, nous rassurer, partager, apprendre, collaborer, jouer, discuter etc…. Notre vie est faite de relations plus ou moins nombreuses, durables ou non, saines ou nocives. Nous avons différents types de relations : celles que nous avons choisies et celles qui nous sont imposées. Celles que nous avons choisies sont entre autres les relations amicales, les relations amoureuses, les relations clients et celles imposées constituent les relations familiales, les relations professionnelles, les relations de voisinage.

Les principaux facteurs psychosociaux qui enclenchent les relations entre personnes sont:

  • La proximité : il est plus facile de créer des liens avec quelqu’un qui est proche physiquement. 
    • Par exemple : en étant dans la même entreprise, dans le même immeuble, dans la même ville, dans la même école, ..
  • La similarité : nous avons tendance à être attirés par des personnes qui nous comprennent, qui ont les mêmes valeurs, qui nous ressemblent. 
    • Cela renforce notre confiance en autrui et en soi car nos idées sont partagées par une personne ou un groupe. Il y a une notion d’appartenance.
  • L’apparence physique : des recherches ont mis en évidence que l’apparence physique influe sur notre choix à créer un lien avec autrui ou pas. 
    • Cela démontre la part d’irrationnel qui intervient dans toutes nos relations.

Les relations interpersonnelles sont sources d’émotions profondes : plaisir de l’amitié, exaltation de la passion amoureuse, joie de l’empathie, souffrance lors de séparation, stress et colère lors de conflits, peur de la perte.

Les relations évoluent en permanence, elles se construisent, se développent, se défont. Cette évolution va dépendre de plusieurs facteurs : la qualité de notre communication, notre état d’esprit, notre capacité de gérer les conflits, notre capacité de discernement sur certains sujets, nos perceptions, nos comportements, nos émotions, notre confiance, la proximité géographique, nos valeurs, etc….

Quel est le lien entre nos relations et notre bien-être ?

Selon les études d’Harvard sur le Développement Adulte (Robert Waldinger), la qualité des relations sociales nous rend heureux et pourrait même nous garder en bonne santé. Être seul de manière prolongée, accélère le vieillissement du cerveau qui dépérit plus tôt et plus vite. L’isolement tue.

Quand nous parlons de qualité, nous faisons donc référence à une bonne relation ou à une mauvaise relation. Pour avoir une bonne relation ou relation saine, nous avons besoin de prendre conscience des facteurs clés pour y arriver. Ces facteurs clés sont :
– le respect mutuel
– la réciprocité
– l’empathie
– la communication
– la confiance en soi et en autrui
– la collaboration
– la gestion des conflits.

Ces conditions préalables ne sont pas exhaustives, mais constituent une bonne base pour le maintien d’une relation saine. 

Voulez-vous un exemple ?

Je vais vous raconter comment j’ai rencontré ma meilleure amie. La première fois qu’on s’est vu, c’était devant le bâtiment de l’université. Nous étions là pour nous inscrire et échangions des informations sur la raison d’être de notre inscription. J’ai trouvé qu’on avait une similarité dans notre parcours scolaire et dans la raison de notre choix d’étude. Durant cette conversation, je me suis sentie bien car j’avais en face de moi une personne qui partageait mes idées, qui m’inspirait la confiance. Au fur et à mesure du temps, je découvre que nous avons les mêmes valeurs, les mêmes questionnements, les mêmes intérêts. Nous alimentons cette relation au fil des années par une bonne communication, des comportements bienveillants, une écoute attentive, des présences silencieuses. Je sais que je peux compter sur elle, qu’elle va m’apporter son aide en cas de besoin, que je peux discuter de tous les sujets et elle peut attendre de ma part les mêmes choses. Cette relation m’apporte des avantages : la confiance, la satisfaction, des conseils, des échanges, l’empathie. Je vais faire le nécessaire pour maintenir cette relation saine.

A contrario, il m’arrive d’avoir des relations avec des personnes qui déclenchent en moi des émotions négatives : dès que je leur parle, cela me demande plus d’énergie, car je ne partage pas leurs valeurs, leurs idées, leurs comportements, leur manière de parler. Ces relations me mettent inconfortables et me stressent. Je peux me sentir agressée, perdre la confiance en moi, me mettre en colère. Je perçois ces relations comme étant difficiles, voire nocives. Dans ce cas, je décide d’arrêter ces relations si elles ne me semblent nécessaires dans ma vie ou de les continuer pour des raisons professionnelles ou familiales. Dans ce cadre, je dois apprendre à les gérer pour mon bien-être.

En pratique, comment faire pour avoir des relations saines ?

Si une relation ne nous satisfait pas mais est nécessaire, il faudra tout d’abord commencer à comprendre pourquoi celle-ci nous semble difficile ? Qu’est-ce qui fait que nous ressentions des émotions négatives dans cette relation ? Ensuite, nous allons nous orienter vers des solutions pour la faire évoluer vers une relation saine pour pouvoir travailler ensemble ou vivre dans un climat apaisant. 

  • Comment maintenir le respect mutuel ? 
    • Cela suppose la compréhension et l’acceptation des valeurs communes. Nous devrons identifier nos valeurs fondamentales et trouver celle(s) que nous avons en commun avec l’autre. 
  • Comment établir la confiance avec autrui ? 
    • Il nous faut créer un climat favorable pour avoir une confiance mutuelle en exprimant clairement ce que nous attendons de l’autre et ce que l’autre attend de nous. C’est à nous de déterminer le niveau de confiance qu’on donne pour être confortable dans cette relation.
  • Comment bien communiquer ? 
    • Il s’agit de s’exprimer clairement, avec respect et de la manière adéquate pour que l’autre puisse comprendre. Cela nécessite donc une bonne connaissance de soi et de l’autre.
  • Comment établir la réciprocité des actions? 
    • Nous sommes à la fois donneur et receveur d’empathie, de respect, de confiance. Pour cela, il faut donner et exprimer à l’autre ce qu’on souhaite recevoir.
  • Comment améliorer la collaboration ? 
    • Il s’agit de travailler ensemble, de s’entraider mutuellement. Pour cela, il nous faut identifier nos besoins et ceux de l’autre puis trouver la manière d’y répondre pour avancer ensemble.
  • Comment avoir de l’empathie ? 
    • Il s’agit de comprendre le point de vue de l’autre, de ressentir ce qu’il éprouve et de déceler ce qu’il attend de vous. Nous aurons à travailler sur notre capacité d’empathie en toute objectivité et bienveillance dans un objectif de collaboration. 
  • Comment bien gérer des conflits ? 
    • Les conflits apparaissent quand on ne partage pas les mêmes idées, les mêmes intérêts, les mêmes valeurs, les mêmes comportements et que nous n’acceptons pas cette situation. Pour cela, il nous faut mieux nous connaitre et connaitre les autres pour anticiper nos réactions respectives et éviter ainsi les conflits.

Il est également important de connaitre nos émotions : détecter ce qui nous stresse, écouter ou observer notre corps lorsque nous sommes en interaction avec les autres et gérer nos émotions pour maintenir notre motivation à collaborer et avancer.

Quelles actions mettre en place ?

Lorsque vous avez une relation difficile voire nocive, qui vous procure un mal-être, les actions immédiates à faire sont :

  1. Prendre du recul, se poser et observer cette relation
  2. Déterminer la nécessité de maintenir ou non cette relation
  3. Si cette relation est nécessaire à maintenir : Comprendre ce qui vous stresse dans cette relation, ce qui vous dérange, ce qui vous met en colère, triste : est-ce un mot ? un comportement ? une attitude ? …
  4. Observer avec objectivité vos valeurs qui ne sont pas satisfaites dans cette relation, les émotions que cela déclenche en vous, l’impact sur la confiance en vous
  5. S’orienter vers les solutions : que pouvez-vous faire pour vous sentir mieux dans cette relation ? Quel est votre objectif dans cette relation ? de quoi avez-vous besoin pour mieux être dans cette relation ? Quel est votre rôle ? 

Qu’en est-il d’une relation saine ? Une relation saine peut prendre fin, par exemple, suite à un éloignement géographique, ou peut évoluer en relation difficile ou rester une relation saine. Tout dépend de notre intérêt pour cette relation. Comme nous l’avons vu plus haut, si nous souhaitons qu’une relation reste saine, nous devons être acteur en restant conscient des facteurs clés à travailler sur nous-mêmes et d’agir par des gestes concrets. 

Si vous avez des difficultés à prendre du recul face à une relation difficile, vous pouvez faire appel à un accompagnement professionnel. Le bénéfice de cette démarche est de pouvoir travailler avec une personne neutre qui va vous aider à prendre conscience des facteurs à travailler, comme votre intelligence émotionnelle, votre communication, votre gestion du stress, votre estime de soi et votre empathie. Le coach vous aide, grâce à des outils spécifiques à mieux vous connaitre pour mieux gérer vos relations sociales.

A retenir

• En tant qu’être social, nous avons besoin d’interagir avec l’autre pour nous entraider, collaborer, travailler, nous amuser, partager, rassurer, avancer, nous améliorer, …

• Les relations sociales de qualité nous rendent heureux et ont un impact sur notre santé

• Les relations sont sources d’émotions profondes positives ou négatives

• Les relations sont impermanentes, elles évoluent en fonction de nos émotions, notre état d’esprit, notre capacité de discernement, nos comportements, l’environnement, …

• Dans toute relation interpersonnelle, chacun est à la fois acteur, donneur et receveur de respect, confiance, collaboration, empathie

• Gérer ses relations, c’est prendre conscience que nos relations évoluent et que leur qualité dépend de nous autant que des autres

• Une relation nocive non indispensable est à arrêter pour notre bien-être mais reste une opportunité pour apprendre à mieux se connaitre

• Quand une relation est nécessaire mais nocive, il nous est possible de la rendre saine dans un objectif de collaboration et/ou de climat paisible

• Les facteurs clés d’une relation saine sont : le respect mutuel, la communication, la confiance en soi et en autrui, la collaboration, la réciprocité, l’empathie

Références bibliographiques

Relations et communications interpersonnelles (Edmond Marc et Dominique Picard)

Attraction and Close relationships (Ellen Bersheid et Harry T.Reis)

The Study of Adult Development (Robert J.Waldinger) – Harvard Medical School

Marina RAMAROSON est coach professionnelle certifiée. Convaincue que le bien-être de chaque individu est le facteur indispensable du développement durable, elle les accompagne dans leur environnement personnel et professionnel à travailler leur développement personnel et atteindre leurs objectifs.

méristHemE

méristHemE a pour vocation de vous accompagner vers un bien-être maitrisé en s'appuyant sur des méthodes claires et des sources transparentes.

Plus de contenu >