Connaissance de soi, de la théorie à la pratique
Par Elise Ramaroson
11/04/20
d
Libre
}
10 minutes

Est-il possible de se connaître soi-même ? Comment faire, pourquoi est-ce important ? Certains croient se connaître, car « qui d’autre que moi peut savoir ce que je ressens, ce que je pense ou ce que je veux » ?! Pour d’autres « l’être humain est complexe et changeant » et ils pensent donc que la connaissance de soi est impossible.

Essayons d’aborder le sujet d’une manière différente en se concentrant d’abord sur le pourquoi au lieu du comment. La question n’est plus si se connaître est possible, mais plutôt « pourquoi voudrait-on se connaître soi-même ». Et si la connaissance de soi était une étape essentielle au dépassement de soi, à l’atteinte de ses objectifs et donc à son bien-être ?

Peut-on se connaître soi-même  ? – La question que tout le monde se pose.

Aller à la découverte de soi est possible, mais délicat. Il s’agit d’éviter de nombreux pièges tels la subjectivité, la susceptibilité ou le déni.
En nous posant les bonnes questions et en les posant aux autres nous parvenons à rendre visible ce qui est invisible en nous.

Se connaître, c’est prendre conscience. Prendre conscience c’est voir en toute lucidité et transparence notre manière d’agir, de réagir, de penser, de communiquer, d’interpréter et de juger. Plus facile à dire qu’à faire… En effet, prendre conscience est un processus compliqué… Par où commencer ?!

• Tout d’abord, il faut être à l’écoute et vigilant à tout moment. Être à l’écoute, c’est comprendre qui on est et ce qui nous anime. Par exemple, nos valeurs, nos besoins, nos émotions, nos qualités, nos défauts, nos comportements, nos forces motrices, nos rôles ou missions. Cette liste n’est pas exhaustive et dépendra de chacun de nous ou encore des étapes de notre vie.

• Ensuite, il faut être tolérant et bienveillant. Cet état des lieux doit être pris comme un constat et non comme un jugement. Il n’est pas question de se blâmer ou de se féliciter parce qu’on est pessimiste ou optimiste, ni de se dévaloriser parce qu’on est studieux ou méthodique. Il n’y a pas de bon ou de mauvais, de meilleur ou de pire.

• Enfin, il faut être prêt à accepter nos observations, ou à vouloir les modifier volontairement. Il faut juste savoir respecter ces observations et les utiliser à bon escient, c’est-à-dire, en prenant les meilleures décisions possibles selon nous avec les données que nous avons. En nous connaissant et en nous acceptant tels que nous sommes, on arrive à se fixer des objectifs et à agir en conséquence sans être influencés et en étant motivés. Car, grâce à nos observations, nous savons ce que nous voulons et pourquoi nous le voulons. En étant conscients de qui nous sommes, et en évoluant de manière harmonieuse, nous devenons capables de mesurer nos succès et nos avancées. Ceci rehausse notre niveau d’estime et de motivation.

Et comme notre quotidien est rempli d’interactions, l’idéal est d’essayer d’être attentif à nos réactions à travers ces contacts, de comprendre les autres et d’observer l’impact de nos comportements sur notre entourage.

« Le meilleur moyen pour apprendre à se connaitre, c’est de chercher à comprendre autrui »

André Gide

Pourquoi c’est important ? – La question que tout le monde devrait se poser…

Jusque dans les années 60, la vie était plus linéaire.
On apprenait pendant l’enfance.
On travaillait et on se mariait à l’âge adulte.
On avait des enfants qui reproduisaient ce schéma…

A l’heure actuelle, le changement fait davantage partie de la vie. Les conditions changent vite, notre entourage change, nous changeons. Changer plusieurs fois de métiers, déménager, divorcer, reprendre des études n’est plus rare et devient même la norme.

Notre capacité à voir ce changement, à l’accepter et à nous y adapter est primordiale.

Être capable de s’adapter implique de se connaître avec nos compétences, nos rôles et buts dans la vie et d’établir une stratégie afin de développer un bien-être mental et physique tout au long de la vie.

  • En mettant en œuvre cette connaissance de soi, nous ouvrons la porte à la réalisation de soi.
  • En connaissant nos besoins, certaines décisions s’imposent.
  • En connaissant nos valeurs, certains objectifs sont plus clairs.
  • En connaissant nos capacités, certaines actions deviennent évidentes.
  • En connaissant nos comportements, estime de soi et maîtrise de soi se renforcent.
  • En connaissant nos rôles, nos droits, devoirs et responsabilités ressortent clairement.

Bien se connaître nous rend donc capables de nous adapter à notre environnement. Il reste cependant à mettre les actions nécessaires en place et à progresser vers nos objectifs et nos missions de vie. Pour cela, l’apprentissage est indispensable, ce qui aujourd’hui est devenu une norme tout au long de la vie. Or pour s’engager dans cette activité d’apprentissage, il est important de se connaître et d’identifier notre besoin par rapport à nos aspirations. Il ne s’agit pas de s’engager dans n’importe quel apprentissage, mais d’avoir une clarté dans notre objectif. Une fois bien identifié, l’apprentissage va permettre d’obtenir un certain nombre d’atouts :

  • Être compétitif, répondre au mieux aux attentes des emplois que nous occupons, être satisfait de notre travail accompli… que nous en changions ou non, la nature des emplois évolue très vite et 50 % des « métiers de demain » n’existent pas encore. La réussite économique passe donc par l’apprentissage. Outre les connaissances pratiques et théoriques, les savoir-être tels l’équilibre personnel, la motivation, la créativité, l’ouverture d’esprit ou la persévérance sont des atouts majeurs et lors d’un recrutement ce sont les critères qui feront que vous vous démarquerez.
  • L’apprentissage continu est bon pour le cerveau. Attention, mémoire, langage, résolution de problèmes, prise de décisions…un système nerveux bien entraîné sera plus performant plus longtemps.
  • L’apprentissage continu permet de tisser et de consolider des réseaux sociaux favorables à l’entraide, à l’engagement, à l’empathie et à des répercussions favorables sur le bien-être.
  • Enfin, et la boucle sera bouclée, l’apprentissage permet de se réaliser.

Apprendre de nouvelles choses permet d’être plus engagé dans les interactions, plus productif et d’avoir une meilleure estime de soi. Cela se répercute sur le niveau de bien-être et la santé. Moins d’impulsivité, des actions plus riches de sens, plus de bien-être …voilà les raisons fondamentales du mieux se connaitre.

Capture d’écran changement

Mais comment faire ?

Pour mieux se connaître, il faut être prêt à se découvrir, il faut être prêt à tout.

Tout d’abord, prendre l’habitude de se regarder vraiment, sans attente, arrière-pensée, ni jugement. Comme si on regardait un inconnu pour la première fois. 

Ensuite, se poser les bonnes questions. Sur ses émotions : Pourquoi ceci me met en colère ? Pourquoi cela me vexe ? Pourquoi une autre chose me plait ou me fait de la peine ? Sur son corps : Pourquoi mon apparence est importante ou non à mes yeux ? Pourquoi je n’arrive pas à dormir ? Quel est mon rapport à la nourriture ? Sur ses capacités : Quelles sont les forces sur lesquelles m’appuyer ? Quelles pourraient être des « points faibles » que je devrais améliorer ? Sur ses valeurs : Qu’est-ce qui est important pour moi ? Qu’est-ce que j’aimerais réaliser ? Qu’est-ce qui me rendrait utile ? Remarque : la méditation peut être très utile et efficace dans ces phases d’introspection. 

Accepter ce que l’on découvre. Ne pas se comparer, ne pas se plaindre, mais utiliser ses forces et développer ce qui manque et qui est utile à notre épanouissement. 

Définir les objectifs à atteindre. Le développement personnel est le projet de toute une vie. Sans objectif clair, on navigue à vue, et on ne prend pas nécessairement les bonnes décisions. 

Mettre en place un plan d’action. Comme dans tout projet, la planification est essentielle et peut faire toute la différence entre succès et échec. 

Faire un bilan : après des étapes charnières ou en toute fin de processus, de nouveau s’observer, et demander du feedback pour évaluer les avancées effectuées et définir de nouveaux objectifs… Puis recommencer une boucle. Apprendre à se connaître correspond au début du processus de changement qui permet d’évoluer et de donner un sens à sa vie. Dans ce processus, la mise en place d’actions et d’apprentissages permet d’être plus engagé dans les interactions, plus productif et d’avoir une meilleure estime de soi. En atteignant nos objectifs, nous nous réalisons et cela se répercute sur notre bien-être et notre santé. 

se connaitre 1

Quelles actions mettre en place ?

Apprendre à se connaître soi-même n’est pas simple et n’est jamais fini, car nous évoluons sans cesse. Mais comme nous l’avons dit, se connaître est la première étape à la mise en place des changements nécessaires à la réalisation de soi. Pour vous aider dans ce processus, nous vous proposons de découvrir et d’essayer une ou plusieurs méthodes :

  • Le journaling, noter régulièrement ses découvertes et ses impressions permet de dresser le bilan,de célébrer les victoires, d’apprendre de ses erreurs et de progresser. 
  • L’utilisation d’outils vous permettant de connaître vos tendances comportementales (DISC), vos forces motrices (12 Driving Forces), votre quotient émotionnel (EQ), vos facteurs de stress, vos compétences (DNA) et votre niveau d’acuité (Acumen). 
  • Les 7 piliers d’une vie équilibrée. Il s’agit d’une auto-évaluation permettant de vérifier les fondations sur lesquelles vous bâtissez votre existence. 
  • La pyramide des besoins. Selon Maslow, l’étude de nos besoins insatisfaits permettrait de comprendre notre motivation.
  • Et si…c’est une technique de visualisation. L’idée est de faire comme si le problème était déjà résolu. Ceci permet d’imaginer des solutions originales sans tabous ni limites et de se motiver. 
  • Les Niveaux logiques. Selon Dilts, nous sommes organisés en 6 niveaux, 3 fonctionnels et 3 spirituels. Un blocage à un niveau ne sera résolu qu’en traitant le niveau supérieur. Cet outil de PNL est très efficace pour y voir plus clair.
  • La spirale dynamique. C’est un outil qui décrit 8 niveaux offrant des systèmes de réponses aux problématiques du quotidien depuis l’instinct de survie jusqu’à la conscience collective. 
  • Le travail sur les valeurs. Discipline, coopération, franchise, efficacité…identifier ce qui est important à nos yeux oriente nos choix et nous permet de nous réaliser. 
  • Avoir/vouloir. Il s’agit d’un petit exercice permettant de mettre en lumière ce qu’on a/a pas, ce qu’on veut/veut pas et ainsi de faire émerger ses objectifs. 
  • La roue de la vie. C’est une auto-évaluation où on attribue deux notes aux différentes rubriques de la vie, sa satisfaction actuelle et celle qu’on aimerait obtenir. 
  • Le photolangage. Ceci consiste à sélectionner des images, puis à expliquer ses choix en fonction des valeurs, besoins ou objectifs qui y sont représentés. 
  • L’Ikigaï. Venu du Japon, Ikigaï se traduit par « raison d’être », entremêlant vocation, profession, mission et passion, l’Ikigaï sera une aide précieuse pour atteindre son objectif.

Certains de ces outils font l’objet d’un podcast que vous pouvez retrouver ci-dessous dans notre playlist dédiée si vous souhaitez approfondir vos connaissances sur l’un de ces sujets pratiques. Vous pouvez aussi visiter notre page Podcasts pour découvrir plus de contenu audio.

podcast

A retenir

  • Se connaitre est la première étape du processus de changement vers l’accomplissement de soi.
  • C’est une prise de conscience de qui, pourquoi et comment on est à un moment donné.
  • Cette étape permet de définir des objectifs de progression et de mettre en place un plan d’actions et d’apprentissages.
  • En fin de processus, un bilan des acquisitions, des changements et des réalisations sera comme une réévaluation de là où on est et permettra d’ajuster les objectifs ou d’en définir de nouveaux.

La boucle de la connaissance de soi et de l’accomplissement de soi est sans fin…

Après des études de biologie, je me tourne vers la pédagogie et deviens professeur des écoles puis me spécialise dans l’enseignement du français langue étrangère (FLE). Très intéressée par le développement personnel et tournée vers les autres, c’est naturellement que je me forme alors au coaching.

méristHemE

méristHemE a pour vocation de vous accompagner vers un bien-être maitrisé en s'appuyant sur des méthodes claires et des sources transparentes.

Plus de contenu >