Les effets du stress sur l’organisme
Par Co-auteurs : Elise Ramaroson & Sébastien Delavaud
05/10/20
d
Libre
}
8 minutes

Alors que le mot stress est sur toutes les lèvres, chacun en parle de manière différente. Nous nous proposons donc de définir ce qu’est le stress, en termes de mécanismes et de symptômes, puis de réfléchir aux moyens de mieux l’apprivoiser.

Le stress : un mot, de multiples significations

Le stress est un phénomène naturel et instinctif qui se manifeste différemment selon les individus. Il permet de répondre à une situation de manière adaptée. Les spécialistes décrivent 3 stades graduels (syndrome général d’adaptation-1935-Hans Selye) : 

• L’alarme : L’organisme identifie un « danger » et déclenche alors la production de catécholamines. Immédiatement, la fréquence cardiaque, la tension artérielle, les niveaux de vigilance, la température corporelle ou encore notre niveau de vigilance augmentent. Ainsi, notre corps est prêt à faire face au danger…ou à déguerpir et se mettre en sécurité. Une fois l’urgence gérée, un retour au calme s’opère et le corps récupère pour être prêt pour la prochaine alerte. C’est ce qu’on appelle le stress aigu.

Dans certains cas, la situation s’installe et le danger est quotidien. Il s’agit alors d’un stress chronique. Il faut donc apprendre à vivre avec et lutter constamment. 

• La résistance : Si l’agent stressant perdure, la mobilisation des énergies de l’ensemble du corps est nécessaire, alors le système endocrinien prend la relève. L’hypophyse commande la sécrétion des glucocorticoïdes qui entraînent une augmentation de sucre dans le sang, apportant ainsi à notre corps l’énergie nécessaire à l’effort. La réponse tissulaire aux glucocorticoïdes est sujette à de grandes variations interindividuelles, ce qui pourrait expliquer les différences individuelles de réaction au stress.  

• L’épuisement : Au bout d’un certain temps, ou si l’effort est trop élevé, l’organisme finit par s’épuiser devant cet afflux hormonal.

Fatigué, déboussolé, ne sachant plus comment s’adapter ni comment répondre à la situation, le corps dépose les armes, mais non sans séquelles.

stress 1

Précisons que : 

• Il arrive que le stress soit consécutif à un traumatisme (accident, décès d’un proche…). Dans ce cas, on parle de stress post-traumatique.
• La charge mentale constituée par l’accumulation des contraintes physiques et mentales que nous gérons quotidiennement peut générer du stress.
• Quand la situation perturbatrice est de courte durée et que l’on a les capacités nécessaires pour y répondre, le stress est dit « positif ». Dans ce cas, il correspond à un « défi », un « challenge ».

Quelques données sur le stress en France

stress 2

L’impact sur le bien-être

En soi, le stress n’est pas une maladie. C’est sa durée et son intensité qui peuvent avoir des conséquences sur l’organisme en l’épuisant. Apparaissent alors des symptômes et là, on parle de maladies.
Les manifestations dues au stress sont multiples et un individu pourra développer des signes dans un ou plusieurs domaines.

Pour clarifier, nous organiserons ces symptômes en 3 catégories : physique, mentale et sociale.

stress 3
stress 4
stress 5

Difficile avec cet éventail de symptôme de parler de bien-être vous en conviendrez ! Alors, que faire pour éviter d’en arriver là ?

Que faire en situation stressante ?

• Tout d’abord, il faut être attentif à la manière dont nous réagissons. Chez un individu, il existe des signes récurrents comme la température corporelle, le rythme cardiaque, le son de la voix… qu’il convient de reconnaître pour se dire « attention, je rentre dans une phase de stress ». 

•Ensuite, mettre sur « pause », respirer, se calmer…Ne pas se précipiter sur la réponse induite par le stress, mais prendre le temps nécessaire pour examiner l’ensemble des réponses dont on dispose.
Dans le même temps, se demander si cela est vraiment important pour nous, si cela en vaut la peine.  

•Arrive alors le temps de la réponse :  
-Si on a les ressources nécessaires et que l’enjeu est important :  FIGHT ! 
-Si on a les ressources nécessaires, mais que l’enjeu n’est pas important : Pourquoi pas, on n’a rien à perdre ! 
-Si on n’a pas les ressources nécessaires, mais que l’enjeu est important :  Il faut gérer le stress et trouver de l’aide ! 
-Si on n’a pas les ressources nécessaires et que l’enjeu n’est pas important : Pas la peine de se stresser ! Laisser tomber !

Quelques actions à effectuer

Certaines techniques de gestion du stress peuvent être utiles en première intention, ou en prévention.

stress 6
  • Yoga et méditation
  • Activités physiques
  • Faire une promenade
  • Écouter de la musique
  • Limiter café, thé et alcool

Quelques actions à mettre en place avec de l’aide

En cas de doutes, de questions ou de symptômes, une consultation médicale s’impose. Votre médecin traitant posera un diagnostic et vous aidera à traverser cet épisode de votre vie.

L’homéopathie, la phytothérapie, l’hypnose, l’aromathérapie, l’acupuncture ou autres médecines douces peuvent participer à un retour à l’équilibre, demandez conseil aux personnes compétentes. Parfois encore, répondre au stress nécessite l’apprentissage ou le renforcement de certaines compétences comme l’organisation, la prise de décision ou la communication par exemple. Dans ce cas, le recours à un coach peut être salvateur et renforcer dans le même temps la confiance et l’estime de soi.

Chez méristHemE, nous utilisons un outil d’évaluation du stress qui permet une approche structurée et ciblée de la question.

Le « stress quotient » mesure le niveau de stress selon sept facteurs : 

  1. Demande : ce que la situation / le travail demande.
  2. Équilibre efforts / récompenses : les récompenses que la situation offre en réponse à nos efforts.
  3. Contrôle : quel pouvoir / influence la position me donne.
  4. Changement organisationnel : le personnel, la procédure, la technologie, la structure.
  5. Manager / superviseur : la pression exercée par votre supérieur est-elle dynamisante (défi) ou paralysante.
  6. Relations sociales : le soutien des collaborateurs, des collègues et des supérieurs.
  7. Sécurité de l’emploi : la peur de perdre son poste. 

Devant cette nébuleuse qu’est le stress, la prévention semble primordiale. Le fait de prendre du temps pour soi et d’apprendre à apprivoiser les situations stressantes semble contribuer au maintien du bien-être et à limiter les impacts du stress sur l’organisme.

À retenir

• Le stress est un phénomène naturel et involontaire.

• Le stress peut être positif (défi) ou négatif (blocage).

• L’organisme récupère sans problème d’un stress aigu, alors que le stress chronique entraine des symptômes.

• Il existe des techniques pour gérer les stress.

• Pour plus d’informations…n’hésitez pas à nous contacter.

Enseignante et coach, Elise Ramaroson aborde le stress du point de vue des situations rencontrées au quotidien. Docteur en médecine, Sébastien Delavaud se place sous l'angle de ses patients et des conséquences du stress sur la santé.

méristHemE

méristHemE a pour vocation de vous accompagner vers un bien-être maitrisé en s'appuyant sur des méthodes claires et des sources transparentes.

Plus de contenu >