La RSE, un outil pour le bien-être au travail
Par Marina Ramaroson
17/06/20
d
Entreprise
}
7 minutes

Les risques psychosociaux (RPS) tels que le stress et l’épuisement professionnel portent atteinte à la santé mentale et physique des employés dans leur environnement de travail. Ces RPS ont des conséquences graves sur les individus : maladies, dépressions, maladies psychosomatiques, et sur l’entreprise : absence, démission, turnover, accident de travail. Dans le contexte où la performance et la productivité sont les indicateurs de bonne santé économique, 56 % des Français (Malakoff Médéric 2018) se considèrent en situation de fragilité professionnelle ou personnelle. Les entreprises peuvent s’engager dans une démarche Responsabilité Sociétale pour instaurer le bien-être au travail.

La RSE, qu’est ce que c’est ?

La Responsabilité Sociétale des Entreprises, également appelée Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) est la mise en pratique du développement durable dans les activités et interactions d’une entreprise (un développement qui allie qualité environnementale, équité sociale et efficacité économique). Cela concerne les parties prenantes internes (salariés, actionnaires) et externes (clients, fournisseurs, associations). Cette démarche se fait sur une base volontaire et au-delà du cadre légal, qui par une véritable politique RSE, assure l’amélioration de la performance et de l’image d’une entreprise, mais également une fidélisation des employés.

En fonction de la vision de l’entreprise, diverses mesures peuvent être mises en place dans le cadre d’une démarche RSE pour avoir un impact positif en matière environnementale, sociale et économique. Ces mesures répondent aux 7 questions centrales identifiées dans la norme internationale Iso 26000, qui fournit les lignes directrices de la RSE :

  1. La gouvernance de l’organisation 
  2. Les Droits de l’Homme 
  3. Les relations et conditions de travail 
  4. L’environnement 
  5. Les bonnes pratiques des affaires 
  6. Les questions relatives aux consommateurs 
  7. L’engagement sociétal

Les 5 domaines d’actions relatives aux « Relations et Conditions de travail » sont l’emploi et relations employeur-employé, les conditions de travail et protection sociale, le dialogue social, la santé et sécurité au travail et le développement du capital humain. Dans ce cadre, la RSE devient un outil pour le bien-être au travail.

RSE bien être graphique

Quel lien avec le bien-être ?

Le bien-être d’un individu au travail fait référence à un sentiment général de satisfaction et d’épanouissement personnel. C’est une notion subjective caractérisée par un alignement entre les compétences, les besoins et les aspirations du travailleur et les contraintes et l’environnement du travail. C’est une perception qui ne peut être mesurée avec des indicateurs ou avec des chiffres. 

Le bien-être au travail est lié à la qualité de vie au travail (QVT). La QVT indique le sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement, et englobe 6 facteurs clés :
– les relations sociales au travail,
– le contenu du travail,
– l’environnement physique du travail,
– l’organisation,
– la réalisation et le développement professionnel,
– la balance vie personnelle et vie professionnelle.

Bien que définie objectivement, la qualité de vie au travail peut être perçue subjectivement bonne ou mauvaise par chaque collaborateur.

En pratique, comment faire ?

Pour prévenir les risques psychosociaux (RPS), nous proposons une démarche de prévention collective, centrée sur la qualité de vie au travail, mais également accompagnée d’une forte dimension humaine. Il s’agit ici d’aligner la satisfaction personnelle des salariés avec l’intérêt général de l’entreprise par une prise en considération des valeurs, de la vision et de la raison d’être de l’entreprise avec celles du collaborateur. L’entreprise devient un lieu où le bien-être des collaborateurs est perçu comme facteur de stabilité et de performance inscrite dans la durée.

La démarche consiste à intégrer les dimensions RSE dans les indicateurs sociaux de l’entreprise qui contribuent à une performance globale et durable. Pour la réussite de cet objectif et pour un véritable bien-être global au sein de l’entreprise, méristHemE recommande de suivre les étapes suivantes : 

i) Informer les salariés sur la démarche RSE dans un objectif d’amélioration du bien-être au travail.

 ii) Désigner une équipe comprenant les parties prenantes (direction générale, RH, CHSCT, médecin de travail, représentant du personnel), afin de communiquer explicitement les objectifs d’amélioration de la QVT et du bien-être au travail. Un accompagnement par une entité externe spécialisée pourrait vous aider pour cette étape.

iii) Comprendre la situation actuelle sur des données objectives et subjectives et les enjeux de l’entreprise : – analyser les données chiffrées disponibles au sein de l’entreprise (taux d’absentéisme, taux de turn-over, taux d’accidents de travail, taux de consultation chez le médecin de travail, taux d’arrêt maladie.) – analyser les informations fournies sur la base d’un questionnaire auprès des salariés sur leur bien-être au travail.

iv) Établir les plans d’actions concrètes pertinentes intégrées dans les activités de l’entreprise qui ne feront pas d’effet « wellness washing » sur les 6 facteurs clés de la QVT, c’est-à-dire éviter d’investir plus de temps et d’argent dans de la communication pour « le bien-être au travail » que dans des actions efficaces et efficientes qui instaurent réellement le bien-être au travail. Nous conseillons d’intégrer des actions spécifiques d’accompagnement collectif et individuel, pour se sentir mieux au travail, dans la gestion des ressources humaines : le recrutement, l’évaluation personnelle, le leadership, la conduite du changement, la gestion du temps, la motivation, les relations, la communication.

v) Mettre en place des indicateurs de performance qui permettront d’analyser leur variation au cours du temps pour vérifier l’impact des actions mises en place. Il est fortement recommandé de ne pas se limiter aux indicateurs et de prendre en compte les perceptions individuelles et collectives.

Les résultats de cette démarche RSE intégrée devraient être perçus dans 5 domaines:

  • La santé des employés
  • La productivité
  • La rétention des talents
  • L’engagement des salariés
  • L’image de l’employeur

Quelles actions pouvez-vous mettre en place rapidement ?

Si vous avez une vision de développement durable de votre entreprise et des valeurs sociales, la première action est de faire un auto-diagnostic de la qualité de vie au travail sur la base des données objectives et subjectives :
– analyser les données sociales de l’entreprise
– réaliser un questionnaire sur le bien-être au travail et analyser les données

Cette action permet d’identifier les objectifs à atteindre et les points principaux à développer pour améliorer la qualité de vie au travail.

À retenir

• La démarche RSE intégrée est un outil pour développer et consolider le bien-être au travail, un facteur clé de performance globale de l’entreprise.

• Le bien-être au travail est une notion subjective qui se refère à la satisfaction et l’épanouissement personnel de chaque employé dans un environnement de travail collectif.

• La mise en place d’une qualité de travail dans le cadre d’une démarche RSE intégrée nécessite une approche méthodologique orientée gestion des ressources humaines.

• Des actions d’accompagnement individuel et/ou collectif dans la gestion des ressources humaines sont recommandés pour améliorer le bien-être au travail.

Références bibliographiques

INRS – Santé et sécurité au travail- Le bien-être au travail

ANACT – Les risques psychosociaux au travail

Marina RAMAROSON est coach certifiée et consultante senior en environnement et RSE depuis plus de 15 ans au sein d'entreprise et organisations internationales. Elle accompagne les entreprises dans leur développement durable par une approche orientée solution et valorisation des ressources humaines.

méristHemE

méristHemE a pour vocation de vous accompagner vers un bien-être maitrisé en s'appuyant sur des méthodes claires et des sources transparentes.

Plus de contenu >